10 Erreurs De La Dissertation

La parole de grossesse à domicile avec du sel Test de la maternité de l'hnfc

La justice – aussi une importante ligne du leader. Par exemple, si le collaborateur reçoit la majoration, et il de rien ne l'a pas fait pour que, vous, aurez probablement une dizaine mécontent. Quand fait l'erreur, il doit lui indiquer, il la doit, et ensuite il faut oublier cela.

Le leader doit être courageux. Il tentera de trouver toujours un nouveau moyen d'accomplir la tâche uniquement parce que ce moyen mieux. Mais il ne fait jamais cela mal fondé. S'il permet de mener l'expérience et celui-là se terminera par l'échec, il n'y rejettera pas la faute et ne perdra pas à lui la foi.

Le chef doit être décisif. Le leader est toujours prêt à prendre les décisions. Quand il y a une information nécessaire, la décision juste est toujours sur les surfaces. Il est plus difficile, quand on savent non toutes les données initiales, et il est nécessaire d'accepter la décision en tout cas. On demande le vrai courage pour prendre la décision et comprendre de plus qu'il peut être erroné.

Avec le développement de l'économie de marché, en particulier dans notre pays, les termes "le management" et "le manager", sont entrés vite et solidement dans notre vie et à notre usage de dictionnaire, ayant remplacé tels termes, comme "la gestion", “l'activité administrative”, "le chef", "le directeur". Bien que tous ces mots soient les synonymes selon la relation l'un à l'autre, le terme "la gestion" a un plus large sens. En général, "la gestion" est une influence du système dirigeant (le sujet de la gestion) sur le système dirigé (l'objet de la gestion) en vue de la traduction du système dirigé à l'état demandé. En particulier, dans le rôle du sujet de la gestion le manager se produit.

Cette notion plus étroit est appliquée seulement à la gestion des procès sotsial'no-économiques au niveau de la société agissant dans les conditions de marché, bien que ces derniers temps commencent à l'appliquer aux États-Unis et en ce qui concerne les organisations non patronales.

Finalement chacun trouve le style. Un est dynamique, charmant, capable d'enthousiasmer les autres. L'autre est tranquille, retenu dans les paroles et la conduite. Cependant les deux ils peuvent agir avec égal – inspirer chez eux-mêmes la confiance et obtenir que le travail soit accompli vite et qualitativement. Mais certaines lignes caractéristiques, sont inhérentes quand même aux leaders des divers styles.

L'action sur les débouchés constante, les ressources énergétiques et la rentabilité font nécessaire la présentation des nouvelles idées et l'adaptation constante. C'est pourquoi les chefs doivent être souplement ingénieux et capables de réagir aux changements de la situation.

1 Complexe des problèmes à tout à la mesure demandent la conjonction des efforts de quelques gens en commun réalisant leur décision. C'est pourquoi le manager doit savoir créer et perfectionner les groupes capables vite devenir ingénieux et dans le travail.

Les systèmes d'organisation non dans l'état d'assurer toutes les possibilités pour l'enseignement, demandé au chef moderne. C'est pourquoi chaque manager doit soutenir la croissance constante personnelle et le développement.

Le dictateur (9. Le style de la gestion, est entièrement orienté vers la production et donnant peu d'attention aux gens. C'est le cours rigide de l'administrateur. Le travail dans telles conditions n'apporte pas. Chacun tente de partir de la soumission.

Puisque chaque tâche administrative impose n'importe quelles exigences concrètes, il serait incorrect de trouver que des facteurs susmentionnés se rapporte au même degré à n'importe quelle situation. Cependant ils assurent en effet la base pour l'estimation par chaque travailleur des possibilités par rapport à ÔÓÑí«óá¡¿n leurs travaux. Quand quelques de ces habitudes et les capacités manquent chez le manager, apparaît la restriction.

Des problèmes devient de plus en plus, et ils est plus complexes, pendant que les moyens de leur décision – sont plus limités souvent. C'est pourquoi la capacité à décider les problèmes est rapide et il est effectif par une de plus en plus importante ligne des habitudes administratives.